La transmission des savoir-faire en Bretagne

La transmission des savoir-faire en Bretagne

 
Tristan Arbousse-Bastide, Anthropologie & Archéologie, Rennes.
 

 RapportTransmission

Résumé :

Voici une première approche du thème de la transmission des savoir-faire en Bretagne. C'est un aspect important du projet PANIER puisqu'il porte moins sur des questions de matériaux, de techniques et de moyens de production particuliers que sur la nature même des savoir-faire. Le geste et la parole constituent l'expression et le support des savoir-faire qui étaient selon leur contenu transmis au plus grand nombre ou dans un cadre restreint. Ces variations dans la diffusion des connaissances s'expliquent en partie par leur proximité plus ou moins grande avec l'économie domestique. Dans le monde paysan, aucune transmission n'est anonyme, elle est soit familiale soit élective et chacun y prend part de manière collective ou individuelle (les femmes, les anciens, et le groupe des hommes ont une importance prépondérante). Les méthodes d'apprentissage reposent sur une forte imprégnation dans le monde paysan depuis la petite enfance. De nombreux lieux et moment privilégiés de la transmission sont identifiables. L'émulation et la transmission directe sont les deux autres pans de l'éducation paysanne. Les conditions du partage reposent à la fois sur un certain état d'esprit (un savoir-être) et sur une correspondance des temps de convivialité et de travail. Le déclin de l'économie domestique au profit d'une certaine forme de capitalisation des campagnes, l'abandon de l'usage du Breton ont conditionné l'arrêt des chaînes de transmission et la permutation des catégories de savoir.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Téléchargement/download :
 
 
 
 
 
 
 
 
Statistiques-fr.com, audit et statistiques de site

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site